Posts filed under ‘Voici l’épilogue’

Epilogue

Hitonari émergea doucement de son paisible sommeil. Lorsqu’il ouvrit les yeux, il fut quelques instants décontenancé par la totale pénombre qui l’entourait. Puis il se remémora où il était, et ôta son masque de sommeil. Du revers de la main, il se protégea les yeux des rayons agressifs du Soleil qui passaient à travers les hublots de l’avion. Essuyant une larme du bout de l’index, il se rendit compte que ses paupières étaient encore humides. Ses rêves l’avaient fait voyager loin dans le temps, plus qu’il n’en fallait pour ses nerfs, déjà soumis à une rude pression ces derniers jours.

Hitonari avait rêvé du passé, de son passé. Il avait revu ses moments de joie, de bonheur, mais aussi ses moments de doutes, et d’infinie solitude. Il s’était pourtant réveillé apaisé, comme s’il était réconcilié avec son passé. Les années qui avaient suivies sa période de troubles l’avaient rendu fort, et heureux d’être qui il était. Ses trois ans de lycée à Kouzu resteraient pour lui comme la période la plus faste de sa vie, celle durant laquelle il avait connu sa renaissance, et durant laquelle il s’était trouvé de vraies amitiés.

La première équipe de Kouzu était devenue une légende pour les amateurs de sport de la région. Elle n’avait pas connu la gloire, contrairement à ses successeurs, mais elle avait marqué à jamais les gens qui l’avaient soutenue. On connaissait sa composition par cœur. Pivot, Yamazaki, l’emblématique capitaine, qui cumulait boulot, études et basket-ball, et qui avait sacrifié son genou pour l’équipe. Meneur de jeu, Kanemoto, le capitaine suppléant, qui avait un jeu tout en collectif, et qui avait prouvé à tous qu’à force d’abnégation n’importe qui peut se surpasser. Il y avait aussi Harumoto, arrière, le légendaire dandy moustachu, dont les sentiments prenaient toujours le dessus sur la raison, et qui était l’une des meilleures machines à 3 points que la région ait connues. Bien sûr, on se souvenait aussi de Hitonari, petit-ailier occasionnellement meneur, le prodige du basket-ball qui s’était exilé des siens pour construire son propre rêve, et amener ses coéquipiers le plus haut possible. Mais que dire du mythe, Akane Tachibana, ailier fort, le joueur qui pouvait sauter à 2 mètres de haut, capable dans ses meilleurs moments de rivaliser avec Hitonari, et de dunker d’une manière que pas un seul joueur au monde ne peut imiter. A eux cinq ils formaient l’âme de cette équipe, une équipe pleine de cœur, d’envie, et capable des plus incroyables pitreries qu’il est possible de rencontrer.

Toutes les aventures qu’ils avaient traversées les avaient soudés à jamais. Et c’est ce sentiment qui portait aujourd’hui Hitonari. Il se sentait tellement redevable envers Kouzu, que cela lui permettait d’aller plus haut encore et toujours. Un jour, il se rendrait au sommet du basket-ball, et il pourrait alors tenir sa promesse à son ancienne équipe.

Le jeune japonais n’avait pas vu passer le voyage. Une charmante hôtesse lui demandait déjà de reboucler sa ceinture. Bien qu’il trouvait cela ridicule, Hitonari s’exécuta. Après tout, en cas de crash, sa ceinture le sauverait sûrement… Contre toute attente, l’atterrissage se fit en douceur. Hitonari laissa sortir les autres passagers, ne voulant pas être bousculé par tous ces businessmen pressés. Il passa enfin la porte de l’avion. Du haut de l’escalier d’embarquement, duquel il pouvait sentir un vent fort et chaud, il leva les yeux au ciel, d’un regard  déterminé.

« J’y suis presque… Allez viens Akane, je t’attends ! »

19 juin 2010 at 2:16 Laisser un commentaire


Catégories

Articles récents

Calendrier

juin 2017
L M M J V S D
« Juin    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Feeds