#11 I won’t

29 mai 2010 at 11:11 Laisser un commentaire

Je me présente : Hitonari Hiiragi, fils de Masahito et de Chieko Hiiragi. Ce que je déteste dans la vie : le basket ball. Et plein d’autres choses.

Seul. Au milieu d’un sombre océan. Aucune issue envisageable, aucune de bouteille à jeter à la mer. J’ai abandonné tous mes compagnons de route. Aucun ne me comprenait. Moi-même je ne comprends pas. Tout semblait pourtant si bien parti. Ma vie est un amas de gâchis.

Durant mes deux dernières années de collège tout s’est effondré. Mon rêve d’atteindre le sommet du basket-ball, envolé. J’y avais pourtant mis toute mon énergie. Mais au fil des matchs celle-ci se transformait en frustration. Frustration d’être l’unique joueur à mouiller le maillot, frustration de n’être soutenu par personne, frustration de représenter encore et toujours Hiiragi junior, le frère de Takuya. J’aurais voulu partager tout ça avec quelqu’un, mais quelque chose me bloquait intérieurement. Je ne suis pas de nature à dévoiler mes sentiments, même à mes proches. J’avais l’impression que personne ne comprendrait jamais ce que je ressentais vraiment. J’avais peur de passer pour le pleurnichard de service. Mon angoisse de perdre ce qui m’était précieux s’est alors mue en violence sur le parquet. Et cette violence m’a fait égarer ce qui m’était cher. Joli paradoxe. Détesté de tous, considéré comme une star capricieuse, j’étouffais au milieu de tous les jeunes de mon âge.

Le seul refuge que je trouvais était une petite tour en périphérie de Kouzu. J’y montais après tous les mauvais moments passés ; autant dire que je m’y retrouvais régulièrement. Là-haut, un vent glacial soufflait et fouettait mon visage, comme pour me punir de mon comportement. J’étais un ange déchu. C’était mon catharsis. Plus rien d’autre n’existait que ce vent qui arrachait toutes mes pensées. Il balayait toute la haine en moi afin que je survive aux jours à venir. Je me rends compte aujourd’hui qu’en fait ce vent m’irritait encore plus, et que je m’engouffrais dans un cycle infernal qui m’enfonçait davantage dans la noirceur de mes pensées.

La première fois que j’ai frappé un adversaire en plein match, j’ai ressenti mon expulsion comme une libération. Enfin, je n’étais plus obligé de rendre service à cette équipe qui ne m’acceptait pas. Enfin, il arrivait quelque chose à Hitonari Hiiragi. Mon frère n’a jamais été exclu. Mon père aurait préféré s’enfoncer un sabre dans le ventre que d’être exclu du parquet. J’étais sidéré qu’il faille que j’en arrive à là pour exister aux yeux des autres, mais je savourais ce moment unique pour la première fois, et n’avait qu’une envie : qu’il se reproduise. C’est ainsi que ma collection d’exclusions s’étoffa de manière exponentielle. Jusqu’au jour où un administratif signa un papier sur son bureau pour m’écarter des parquets pour de bon…

Peu de temps après mon exclusion définitive du tournoi, je me suis violemment disputer avec Takuya.

Il ne comprenait pas mon attitude, pour lui je gâchais une chance inouïe que de pouvoir jouer au basket à un haut niveau. C’était son rêve, et il était persuadé que c’était également le mien. Je ne supportais pas qu’il rêve à ma place. C’était me priver de mon identité. Un homme qui ne décide pas de ses rêves est voué à vivre dans l’ombre. Je décidais alors d’aller en total contre-sens de ce « rêve », et d’abandonner définitivement le basket au lycée. Ainsi Takuya et mon père seraient bien obligés d’accepter qui j’étais réellement. C’est donc en secret que je commençais les démarches d’inscription pour un petit lycée public sans ambition.

« La gloire, les JO, ce n’est pas ça que je recherche… ». J’achevais ainsi la discussion, et sortais prendre l’air.

L’équipe de Rokkakubashi s’est faite éliminée en huitièmes de finale face à une redoutable équipe d’Hiratsuka. En observant le match depuis les tribunes, une satisfaction intérieure s’est emparée de moi. A la sortie du gymnase, mes « coéquipiers » se dirigèrent vers moi en m’accusant de leur porter la poisse. Ils voulaient me faire porter le fardeau de leur défaite. C’en était trop pour mes nerfs.

« Connards… sans moi vous ne pouvez rien faire sur le parquet, mais avec moi le match est suspendu, quelle équipe de sous-merdes vous faîtes ! »

S’en suivie une inévitable bagarre qui multiplia le nombre de bleus déjà conséquent sur mon corps, mais je me défendis comme un beau diable. J’étais tellement écœuré par leur manière de pensée, je me serais battu jusqu’à la mort si des adultes n’étaient pas venus nous séparer.

Le soir venu, mon père s’empara de l’affaire. Il menaça de m’expulser de la maison si je continuais à me comporter ainsi. Mais c’est sa dernière phrase qui me marqua plus profondément.

« L’année prochaine à Hayamazaki je ne te ferai pas de cadeau ! Tu as déjà de la chance que je puisse t’y faire entrer, les autres écoles ne voudraient pas de toi. »

Pour lui il était déjà inscrit dans l’histoire que j’intégrerai son lycée. Je n’avais pas encore parlé de mon intention d’arrêter le basket. Ca me démangeait tellement de lui crier mes réelles intentions. Mais une nouvelle fois j’étais bloqué. Je ne voulais pas qu’il prenne ça comme une idée qui venait juste de me traverser l’esprit. Je voulais qu’il sache que c’était mûrement réfléchi, et ce n’était pas la situation idéale pour évoquer cela.

Malgré mon comportement, le coach continua à me mettre sur les feuilles des matchs amicaux qui clôtureraient l’année. Il espérait une réaction de ma part pour lui prouver que je m’étais calmé. Cela n’était pas du tout dans mes intentions.

Vînt le jour de l’ultime match de la saison.

Advertisements

Entry filed under: Chapitre, Partie II : Splitted Gem.

#10 Drowned Boy’s Poem #12 Wild Diamond

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Catégories

Articles récents

Calendrier

mai 2010
L M M J V S D
« Avr   Juin »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Feeds


%d blogueurs aiment cette page :