#09 One minute, one illusion

28 octobre 2009 at 4:31 Laisser un commentaire

L’ambiance dans les vestiaires était tendue. Menée de cinq points à la pause pour la première fois du tournoi, l’équipe était en proie aux doutes. En l’absence de véritable capitaine à Rokkakubashi, tout le monde y allait de son reproche et personne ne calmait le jeu. Les phrases mal placées fusaient et le mot « défaite » revenait souvent aux lèvres des jeunes collégiens. J’aurais aimé dire à mes ainés qu’un écart de cinq points était rapidement rattrapable, mais aucun ne m’aurait écouté. En tant que joker de luxe, on me faisait jouer lorsque le match était quasiment plié. En d’autres circonstances on ne prêtait guère attention à moi. Je n’avais donc pas mon mot à dire. Heureusement le coach prit les choses en main.

« Vous crier dessus ne vous fera pas jouer mieux, bon sang ! Vous connaissez la différence entre vous et vos adversaires ? Vous les valez dans tous les domaines, que ce soit physiquement, tactiquement ou techniquement. Vous n’avez vraiment rien à craindre d’eux. C’est leur cohésion et leur solidarité dans le jeu qui fait la différence pour l’instant ! Vous devez jouer en tant qu’équipe et non comme un ensemble d’individualités ! Il vous reste vingt minutes pour le comprendre et remonter ces cinq petits points, je sais et vous savez que vous pouvez le faire ! »

L’intervention musclée du coach avait eu le mérite de calmer les esprits. Mes équipiers se rendaient à présent compte que rien n’était encore perdu, et que tout se jouerait en seconde période. C’est déterminés à revenir au score qu’ils retournèrent sur le parquet. J’étais de tout cœur avec eux, bien que le coach ne m’ait adressé aucun mot. Je commençais à me demander s’il comptait me faire rentrer dans le match, mais je me rassurai en me disant que c’était sous-entendu. Après tout, cela faisait plusieurs matchs d’affilée durant lesquels je jouais les dix dernières minutes.

Les premières minutes de la reprise confirmèrent l’envie de l’équipe de revenir au score. Dès l’entame de la seconde période, notre pivot mit toute son énergie pour récupérer un rebond sous notre panier, au milieu de deux joueurs adverses. Il lança la contre-attaque en effectuant une longue passe en direction de notre ailier fort, qui convertit immédiatement l’action en deux précieux points, sur un lay-up parfaitement maîtrisé, nous ramenant ainsi à trois longueurs de notre adversaire. Sur l’action suivante, l’équipe de Rokkakubashi défendit avec ardeur, ne laissant aucune faille s’ouvrir à l’adversaire, bloquant toute tentative de percée. Notre meneur de jeu profita d’une passe un peu molle d’un joueur adverse pour intercepter la balle. On sentait notre équipe parfaitement concentrée et c’est ainsi qu’en quelques minutes elle avait inversé la balance, infligeant un cinglant 10-2 à nos adversaires en l’espace de trois minutes.

Nous menions à présent de trois points. L’équipe semblait confiante, mais des signes de fatigue commençaient à se faire sentir chez nos joueurs. Après s’être démenés comme des beaux diables en début de période, le contrecoup se faisait à présent ressentir. Remarquant la baisse de forme de l’équipe, notre coach demanda un temps mort.

« C’est bien les gars, vous avez le match en main. Continuez comme ça, mais pensez à gérer votre énergie ! Je ne ferai des changements que quand vous aurez une avance confortable, nos remplaçants n’ont pas votre expérience pour gérer ce match comme vous le faîtes, je compte sur vous ! »

L’équipe retourna sur le parquet après ces quelques minutes de repos. Les mots du coach m’avaient déçu ; il ne me faisait pas confiance pour tenir le match et aider l’équipe à remporter cette précieuse victoire. L’enjeu avait pris le pas sur son altruisme habituel. Pourtant, je savais pertinemment que ces adversaires ne me feraient pas peur. Leur niveau était certes très bon, mais le mien n’avait rien à leur envier. J’avais tellement envie de jouer, et de prouver une nouvelle fois à tous que ces quelques années d’écart que nous avions ne représentaient rien. Mais le coach ne semblait avoir aucune intention de me faire participer à la fête aujourd’hui.

Le temps mort n’avait malheureusement pas suffi à faire récupérer convenablement nos joueurs. Ils commençaient à être dépassés par la vitesse des adversaires, qui eux avaient fait tourner leur effectif. Notre pivot résistait de moins en moins aux charges du pivot adverse, nos joueurs se replaçaient mal, si bien que nous nous retrouvâmes bientôt à égalité au tableau d’affichage. Il fallait réagir, mais notre entraîneur semblait croire à une nouvelle révolte de notre cinq majeur. Et pourtant les minutes passaient et nous furent à nouveau menés sans que nos joueurs ne puissent rien y faire. Ils semblaient même résignés.

Nous nous retrouvâmes à six points d’écart à une minute de la fin du temps réglementaire. Notre ailier fort, qui n’avait cessé de courir durant tout le match sur nos contre-attaques à répétition, se plaignait de crampes. Le coach se vit forcer de le remplacer, et fit appel à moi pour les dernières soixante secondes.

« Fais de ton mieux, Hiiragi », me donna-t-il comme consigne. Il n’y avait rien de rassurant dans sa voix, et j’y percevais déjà l’amertume de la défaite. Mais moi, je ne voulais pas me résigner ainsi. Cela faisait presque quarante minutes que je bouillonnais intérieurement de pouvoir fouler le parquet.

Le jeu reprenait sur une touche en notre faveur. Plein d’entrain, je me précipitais vers l’avant et créais un appel auquel nos adversaires ne s’attendaient pas de la part d’un rookie comme moi. Mon appel fut froidement ignoré par le joueur qui faisait la touche, qui préféra faire une passe en arrière à notre meneur de jeu. Se rendait-il seulement compte du peu de temps qu’il nous restait ? Je faisais demi-tour pour proposer à nouveau une solution au possesseur du ballon, qui préféra quant à lui tenter une percée solitaire dans la défense adverse. C’est à ce moment que je me rendis compte que mes équipiers ne me faisaient aucune confiance, et qu’ils ne me pensaient pas capables de leur apporter la moindre aide. D’habitude, ils me faisaient des passes car ils savaient le résultat acquis et voulaient paraître pour des joueurs altruistes. Mais aujourd’hui, ils me montraient le vrai fond de leur pensée. Ce fut comme un coup de massue derrière le crâne pour moi. Je pensais représenter leur joker de luxe, mais j’étais juste le jeune remplaçant qui finissait les matchs lorsqu’ils étaient fatigués. Je m’en voulais de ne pas m’en être rendu compte plus tôt.

Je décidais alors que s’ils ne me faisaient pas de passe, ce serait à moi de me créer mes propres actions. La percée trop ambitieuse de notre meneur s’était évidemment soldée sur un échec, et nos adversaires commencèrent à faire tourner le ballon calmement, attendant bien sagement que le chronomètre s’écoule. Je sprintai alors pour couper la trajectoire d’une passe, et interceptai le ballon du bout du doigt. Je parvins à en garder le contrôle et commençai mon dribble vers le panier. Un seul joueur eut le temps de se replier pour me bloquer le passage. L’adrénaline à son maximum, j’effectuai le magnifique one hand double cross de mon frère qui laissa mon opposant sur place. Je réduisis facilement la marque et nous nous retrouvâmes à quatre points d’écart, le chronomètre affichant vingt-trois secondes restantes. Il ne suffisait plus à nos adversaires que d’attendre la fin du match, une phase de jeu durant au maximum vingt-quatre secondes, ils profitaient de la dernière possession de balle.

J’entendis la voix d’un de mes coéquipiers dans mon dos.

« Bon, on aura eu un peu de chance sur la fin mais on allait perdre de toute façon… »

Même après mon action, ils ne voulaient pas admettre que j’égalais au moins leur niveau ! C’en était rageant, et toute mon envie de ballon se transformait en rage sur le terrain. Je courus dans tous les sens pour tenter d’intercepter les passes de mes adversaires, qui jouaient logiquement la montre, mais ils s’appliquèrent pour ne pas tomber deux fois de suite dans le même piège. En l’absence d’autre joueur les pressant pour récupérer la balle, je ne pouvais plus rien faire pour l’intercepter. Les joueurs adverses s’amusèrent durant vingt-trois secondes à me faire parcourir la largeur du terrain à plusieurs reprises, avant de sauter de joie au retentissement du coup de sifflet final.

Le match était donc terminé. Les portes de la finale se refermaient sous nos yeux.

« A quatre points près, c’est vraiment dommage ! On a tout donné en deuxième mi-temps ! », se plaignit l’un des nôtres.

J’aurais aimé pouvoir en dire autant. Je sentais tant d’énergie en moi, et tant d’impuissance. Cette frustration n’était pas prête de me quitter. A présent éliminés, cette demi-finale départementale représentait donc notre dernier match officiel de l’année. Je n’aurais donc pas de si tôt l’occasion d’exprimer toute ma rage sur le parquet, il faudrait que j’attende la deuxième année de collège. Pourquoi le coach n’avait-il pas osé m’aligner plus tôt ? Pourquoi mes coéquipiers si fatigués n’avaient-ils pas osé me faire de passe, moi qui avait tant d’énergie à dépenser ? Mon rêve de gloire s’achevait sur une note vraiment frustrante. Si encore j’avais perdu en ayant pu jouer mes chances à fond, j’aurais pu l’accepter. Mais là, j’avais en moi un terrible sentiment d’injustice. Je n’avais aucune envie de sourire. Mon précieux trésor me montrait une obscure partie de lui que je n’avais jamais vue auparavant. Pour profiter d’un tel trésor, il faut posséder des compagnons qui te considèrent d’égal à égal. Cela n’était malheureusement pas le cas. Et j’ai attendu très longtemps pour que cela arrive.

Advertisements

Entry filed under: Chapitre, Partie II : Splitted Gem.

#08 Private Tuition #10 Drowned Boy’s Poem

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Catégories

Articles récents

Calendrier

octobre 2009
L M M J V S D
« Sep   Avr »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Feeds


%d blogueurs aiment cette page :