#05 Strict woman versus elderly man

16 juillet 2009 at 7:13 Laisser un commentaire

« Même de nos jours, la mer est dangereuse pour nos bateaux. Un voilier est encore porté disparu, c’est malheureux. Ils devraient réglementer tout ça… »

Tandis que ma mère avalait les lignes du journal avec anxiété, je révisais mes dernières leçons, assis en tailleur, mon livre de japonais coincé entre mes cuisses. Elle m’avait prévenu : si mes notes ne s’amélioraient pas, je serai privé de basket pendant toutes les prochaines vacances. Elle n’aurait pas pu trouver meilleure motivation pour me forcer à travailler. Il est vrai qu’à cette époque, je ne fournissais pas beaucoup d’effort pour me distinguer dans les salles de classe. Je somnolais en cours, récupérant toute la fatigue accumulée durant les récréations. En effet il ne se passait pas une récréation sans que je dépense toute mon énergie à jouer au basketball. Comme toute maman inquiète pour son fils, ma mère me reprochait souvent mon manque d’implication à l’école. Et quand elle avait vu mon dernier bulletin de classe, elle s’était vue forcée de prendre des résolutions. Ainsi, je devais faire mes devoirs pour pouvoir jouer au basket, quelle sadique idée ! De plus, elle prévoyait d’engager un professeur particulier lors de mon passage au cycle secondaire, afin de « ne pas décrocher dès le début ». Que de soucis en perspective…

– Tu crois qu’ils vont retrouver ce bateau ?, demandai-je intrigué.

– Hélas, ils disent qu’avec l’orage de cette nuit il y a peu de chances de le retrouver… la personne à bord laisse une femme et un petit garçon de ton âge derrière lui… je suis heureuse que Masahito n’ait pas le hobby de la mer.

Comment papa aurait-il pu s’intéresser à la mer ? Ses deux seuls passe-temps étaient télé et basket, l’un étant réservé pour le soir et l’autre pour tout le reste du temps. C’était bien la première fois que ma mère voyait ça d’un bon œil. Elle qui nous reprochait si souvent de ne pas varier nos activités ! J’essayais de reprendre mes révisions, mais mon esprit se tournait constamment vers ce malheureux petit garçon. Je m’imaginais la peine qu’il devait ressentir au plus profond de lui. Est-ce qu’il en voulait à son père d’avoir risqué une sortie en mer malgré les alertes météorologiques ? Se sentait-il abandonné, trahi, par un père égoïste qui n’avait pas pensé aux souffrances qu’endureraient sa femme et son fils ? Je me disais que c’est ce que j’aurais sûrement ressenti à sa place. Mais je n’étais pas à sa place, et je n’avais pas le droit de penser ainsi de son père, sans le connaître. Il était peut-être le plus adorable des papas et sa disparition avait pu briser le cœur de son fils pour le restant de ses jours. Comment vouliez-vous que je révise avec toutes ces pensées dans la tête ? Ca me valut une bien mauvaise note à l’examen de japonais, et ma mère tenta de mettre sa menace à exécution durant les grandes vacances qui séparaient le passage du premier au second cycle.


Evidemment, mon père était d’un tout autre avis. Pour lui, pas question que j’arrête de m’entrainer durant toute cette période. Cela provoqua une grosse dispute entre mes parents. Ma mère argumentait à juste titre que si on ne me privait pas de basket, c’est toute son autorité qui serait remise en cause. Mon père répondait que l’autorité paternelle primait sur les décisions familiales, ce qui n’était pas vraiment du goût de maman. Après plusieurs heures de négociations, ils parvinrent enfin à un commun-accord quant à mon cas. A la rentrée, ma mère pourrait effectivement engager un professeur particulier que mon père trouvait si cher et dont il doutait de l’efficacité, et je pourrais m’entraîner pendant les vacances, sous la haute direction de papa. Ces séances se feraient seul à seul, sans pouvoir jouer avec mes amis, afin de s’assurer que l’autorité de ma mère ne soit pas discréditée.

– Bon, d’accord, il pourra quand même jouer avec son frère… concéda-t-elle.

– Moi ? Pas question, je dois m’entraîner avec mes coéquipiers pour qu’on travaille notre esprit d’équipe. Et puis, qui voudrait jouer avec ce nabot…

– Ne parle pas comme ça de ton petit frère, Takuya. Si tu ne veux pas jouer avec lui, soit. Mais ne l’insulte pas.

– J’ai insulté personne moi…

Vous l’aurez compris, bien que l’épisode du one hand double cross remontait à plusieurs mois, mon frère me faisait toujours la tête. Il se montrait de plus en plus dédaigneux envers moi. Il ne me parlait que pour me rabaisser, du coup je commençais moi aussi à l’éviter, et je nourrissais une rancœur secrète. A quoi bon essayer de lui parler, j’étais sûr de me faire durement remballer. Les prochaines vacances s’annonçaient plutôt moroses pour moi…

Heureusement, il restait encore un mois avant les vacances. Et je comptais bien en profiter pour jouer le plus possible avec mes amis. Eux-mêmes ne comprenaient pas la décision de mes parents, leurs résultats scolaires n’étaient pas moins catastrophiques que les miens et ils n’avaient reçu aucune sanction.

– Ah ah, si ça se trouve, à la rentrée tu seras devenu tellement nul que tu ne sauras même plus faire une passe, ricana Honda.

– Peut-être que je ne saurai plus faire de passes, mais je pourrais toujours te dribbler ! Je te signale que je vais quand même m’entrainer avec mon père pendant tout ce temps !

– Ce vieux croulant ? Je suis sûr que même moi je peux le dribbler !

– Il est pas vieux ! Il a juste les cheveux teints, tout comme moi !

Quand j’y repense, j’étais capable de défendre mon père coûte que coûte à cette époque. Ce temps me semble bien loin aujourd’hui, il s’est passé tant de choses depuis. Actuellement je suis en bons termes avec lui, mais pendant toute une période il a représenté pour moi un dégoût des plus caractérisés. Mais cette histoire viendra après… Pour l’instant, je le défendais mordicus et défiais quiconque de pouvoir le dribbler. En voyant ma détermination, le gros Honda se calma et nous reprîmes notre partie de basket. Malheureusement la sonnerie retentit et nous retournâmes en classe, un peu déçus de ne pas avoir pu jouer plus longtemps. Nous nous rattrapâmes à la pause suivante et durant toutes les récréations qui précédèrent la fin de l’année scolaire. Hélas, les vacances que j’appréhendais tellement finirent par arriver.

Publicités

Entry filed under: Chapitre, Partie I : Cristallogenesis.

#04 Forbidden Skill, Forgotten Bro #06 Robot soldier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Catégories

Articles récents

Calendrier

juillet 2009
L M M J V S D
« Avr   Sep »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Feeds


%d blogueurs aiment cette page :